Main Content

Valeur ajoutée

A partir de 1850, l’agriculture a intensifié et rationalisé de plus en plus sa production. A mesure que les rendements augmentaient, les prix de la nourriture baissaient, mais au détriment de la nature. Depuis 1990, l’écologie est prise en compte comme une valeur ajoutée de notre agriculture.

Ilots de nature

Les paysans suisses sont tenus de réserver le 7 % de leurs terres comme surfaces écologiques de compensation: c’est là que se trouvent prairies maigres, vergers, haies, jachères florales, bandes herbeuses, tas de pierres, etc. Les paysans contribuent ainsi à la conservation de la biodiversité.

Un grand défi

Des prairies riches en espèces disparaissent dans les régions de montagne pour cause d’abandon ou d’exploitation trop intensive. En plaine, de nombreux îlots écologiques sont trop exigus ou trop isolés pour être efficaces. A la politique et aux paysans d’agir pour conserver la biodiversité.